DETENDEZ-VOUS!

Détendez-vous !

Oui, oui, j’aimerai bien ! Mais pas toujours facile de se conformer à une telle injonction !

Vous avez peut-être en mémoire telle séance de Yoga, allongé-e sur le tapis, bataillant avec tous vos muscles et surtout vos pensées pour rester là, alors que.... vous avez tant de choses à faire…. Ou encore cette séance de méditation durant laquelle votre agressivité envers votre instructeur est montée à son comble quand il a évoqué pour la énième fois l’esprit vide et serein sensé auréoler votre être alors que votre énervement intérieur faisait rage....

Se détendre… Vous avez arrêté d’essayer !!!

Alors, un autre chemin est-il possible pour rencontrer la paix intérieure ? Oui ! 

Faute de chercher à se détendre, ce qui peut être contre-productif, il est possible d’être tout simplement conscient de son état intérieur. C’est le premier pas.

Ce premier pas demande un apprentissage ou plutôt un ré-apprentissage et aussi un entraînement avant de re-devenir un automatisme incontournable. Souvenez-vous de cet enfant de 3 ou 4 ans qui évolue dans le monde avec aisance et créativité, une intelligence sans frein et une spontanéité vivifiante. C’était peut-être vous, il y a longtemps, ou l’un de vos enfants, cet enfant, en lien avec ses ressentis, conscient, présent à son insu. Nos ressentis sont fondamentaux pour guider nos interactions avec l’environnement et nos alter égos; pour expérimenter le monde, en pleine possession de nos moyens. C’est notre nature d’être conscient. Notre éducation, voire même ce qui pourrait être nommé notre «formatage» culturel, nous ont éloigné de cette nature.

Que vous en ayez été spectateur, que ses sensations de présence à vous-même ne soient qu’un vague souvenir, ou encore un souvenir que vous évoquez avec regrets, j’ai une bonne nouvelle : vous pouvez les retrouver!!

Peut-être me rétorquerez-vous qu’actuellement votre état intérieur n’est pas toujours plaisant à observer, ni gratifiant... ne pas en être conscient, c’est bien plus confortable…. Vraiment ?

Etre conscient de ses ressentis, c’est être capable d’identifier ses besoins, et en conséquence d’agir de manière juste en réponse aux besoins identifiés. 

Alors pourquoi ne pas porter un regard bienveillant sur ce que vous découvrez en étant conscient de votre intériorité? C’est le second pas, sur le chemin de la transformation.

Prêt-e pour cette transformation ?

Cela demande quelques efforts.... Un peu de constance et un minimum de détermination car vous allez être engagé à changer vos habitudes. Et peut-être lutter un peu contre l’ordre établi, jusque-là, dans votre cerveau. 

A cet égard, j’ai une seconde bonne nouvelle : notre cerveau est tout à fait plastique, très agile à tous les âges de la vie et 8 semaines peuvent lui suffire pour intégrer de nouveaux comportements, sous réserve de l’entraîner suffisamment.


Comment s’entraîner ?

Les outils sont très simples, il suffit d’être présent à soi-même, et... c’est en même temps la difficulté….qui peut être surpassé avec un peu de méthode !

Toutes les occasions et situations sont bonnes pour porter attention à soi-même. Il suffit d’y penser…. Dans un premier temps, vous pouvez choisir un geste du quotidien, que l’on répète chaque jour, comme se brosser les cheveux, ou les dents, un moment du repas, fermer la porte de la maison, marcher jusqu’à la boîte aux lettres… Ce moment choisi, agréable et récurrent quoiqu’il arrive sera l’occasion d’être présent et attentif à toutes vos sensations et ressentis, quelques minutes pour être entièrement présent, sans laisser vos pensées vous entrainer hors de votre action présente : « Je brosse mes cheveux et j’ai conscience du manche de la brosse dans ma main, des picots sur mon crâne et les sensations qu’ils procurent, des nœuds que je démèle avec douceur ou force, des tiraillements, de la texture de mes cheveux, de l’odeur du shampooing…… »

La respiration est un autre outil d’ancrage dans notre intériorité, très puissant. Habituellement prise en charge par le système nerveux autonome, nous pouvons aussi la contrôler. Un exercice de présence à soi-même pourra consister à observer, sur plusieurs cycles respiratoires, notre respiration naturelle. Quelle est son amplitude, son rythme ? Où se place-t-elle ? Quels sont les mouvements dans les différentes parties du buste ? etc….

Pour s’assurer d’effectuer cette observation régulièrement, il est possible de mettre une petite alarme mémo quotidienne sur son téléphone, ou encore réserver cet exercice au moment du coucher : il aide à s’endormir paisiblement. Avec le temps, il sera même possible de s’entrainer à allonger le temps d’expiration pour détendre le système nerveux autonome.

Quant à la bienveillance envers soi-même les outils de la psychologie positive feront certainement votre bonheur… tout comme la communication non violente, CNV, si vous décidez de commencer par l’appliquer à vous-même comme le suggérait son créateur, Marshall Rosenberg.

En attendant, parlez-vous sucré en votre for intérieur…. C’est un excellent début.

Pour aller plus loin, ce retour bienveillant à votre intériorité peut être accompagné avantageusement par différentes pratiques, notamment la sophrologie et la méditation type MBSR. La sophrologie vous permettra, en outre, un accompagnement individuel pour un parcours sur mesure et adapté à vos besoins. Justement! Un cycle de 8 à 10 séances hebdomadaires permet d’en expérimenter les outils en ancrant de saines habitudes afin de découvrir de nouvelles ressources en soi, à explorer…

Allez, c’est parti pour la sérénité et la bienveillance, vous ferez toujours pour le mieux !

Bien à vous.

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram

Contactez-moi

Suivez nos actualités...

© 2019 par Valérie Beaumont